Le grand vertige, Pierre Ducrozet

Le grand vertige, Pierre Ducrozet

Le grand vertige, Pierre Ducrozet – Trouble Bibliomane

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour une nouvelle chronique littéraire sur du roman de Pierre Ducrozet, Le grand vertige édité chez Acte Sud. Il a tout de suite séduit par sa première de couverture sublime, qu’en est-il du texte ?

Adam Thobias est l’un des premiers à s’être consacré à la pensée écologique. Repéré par un eurodéputé, il est sollicité pour être porteur d’un projet : une « Commission internationale sur le changement climatique et pour un nouveau contrat naturel ». Loin de vouloir être l’homme d’un gouvernement ripou, il tente de créer un dispositif utile appelé projet Télémaque où scientifiques, voyageurs et penseurs seraient au cœur d’un espoir commun de renaissance mondiale. Un grand vertige.

« Qui est ce type ? se demande-t-elle en le suivant le long des grandes artères du quartier d’Art-Loi. Un bourgeois désœuvré. Un humaniste désespéré. Un antispéciste. Un transhumaniste. Un savant fou. Un génie. Un utopiste. Un charlatan. Un scientifique extralucide. Un maniaque. Un vendeur de tapis. Le seul être responsable et conséquent qui soit. Le plus grand arnaqueur de l’histoire. Un visionnaire. Un clown. »

D’après le résumé présent en quatrième de couverture, je m’attendais à un roman « coup de poing » à la Antoinette Rychner. Un livre où le combat écologique serait au centre de tout, mettant en lumière l’urgence de réagir activement, sans pour autant oublier l’espoir de voir le Monde s’améliorer grâce à ce fameux « projet Télémaque ». Malheureusement, si la poésie textuelle, le souci du détail, la visualisation et le voyage sont au rendez-vous, j’ai trouvé que le fond du problème écologique a bien souvent été délaissé pour toute la conception des personnages et du cadre. Ils ont une personnalité propre et bien tranchée, ce qui est très utile étant donné leur nombre important, mais l’intrigue met énormément de temps à arriver et nous en oublions presque la raison pour laquelle nous avons voulu commencer ce livre.

 Il faut sans cesse lire à travers les lignes pour comprendre le fond du projet, que la situation écologique va mal et qu’il faut trouver le moyen d’ébranler concrètement le gouvernement avec des solutions viables, je trouve cela beaucoup trop sous-entendu. La pensée de l’auteur présente dans ce roman est très bonne, je la partage, et c’est une idée de génie que ce projet Télémaque où chacun aurait un rôle à jouer pour trouver des solutions contre un désastre écologique. Tout cela est dommage car le roman aurait pu avoir une portée bien plus profonde et intensément grande vu le sujet qui se voulait abordé.

2 réflexions sur “Le grand vertige, Pierre Ducrozet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s