Saint-Valentin : les plus beaux romans d’amour

Saint-Valentin : les plus beaux romans d’amour

Ces derniers jours, j’ai attiré votre attention avec un petit sondage sur mes réseaux… Je voulais savoir quel était le roman d’amour qui vous avait procuré le plus d’émotions. Que de découvertes ! Dans le lot, j’ai trié ceux qui sortaient le plus souvent pour en faire un top 10. Que l’on soit en couple ou célibataire, la littérature est là pour nous parler d’amour sous toutes ses formes.

Les Hauts de Hurle-vent, Emily Brontë

Cet ouvrage est sûrement l’un des plus connus de la littérature anglaise avec Orgueil et Préjugés de Jane Austen. Vous avez été très nombreux à le mentionner comme étant le roman d’amour le plus émouvant par excellence en littérature classique.

Intrigue : Lors d’un voyage, Mr Earnshaw ramène un enfant abandonné, Heathcliff. La réaction des enfants est assez mitigée mais Catherine, sa fille, se lie très rapidement à cet homme sombre. Petit à petit, un amour fusionnel grandit entre eux. Malheureusement, Edgar, le mari de Catherine et Hindley, son frère, font tout pour le voir s’en aller. Heathcliff jure qu’il se vengera de ne pas vivre son amour au grand jour.

Rien de grave, Justine Levy

Il a fait sourire, il a fait couler des larmes, et finalement, ça nous parle à tous. Rien de grave est le roman de la trahison, de ce qu’il reste de nous lorsque l’on est quitté, de la confiance en soi qui s’effrite, et de l’amour qui n’est plus. C’est tragique, et la plume de Levy le sublime parfaitement.

Intrigue : Le jour où Louise se fait quitter par Adrien, c’est le drame. Tout s’écroule, il ne reste rien. Adrien s’en va pour Paula, l’amie de son propre père. L’impensable est devant ses yeux et une longue descente aux enfers s’orchestre petit à petit. Cette bio-fiction narre la rupture. Louise, c’est Justine. Adrien, Raphaël Enthoven. Et Paula ? Carla Bruni.

Le Rouge et le Noir, Stendhal

Pilier de la littérature française, Le Rouge et le Noir fait passer le lecteur par toutes les émotions. La joie de voir un couple se faire, la colère de le voir se défaire pour une autre, et la satisfaction de voir l’arroseur arrosé ! Difficile de ne pas prendre parti quand l’ambitieux Julien Sorel fait des siennes pour mener à bien son ascension.

Intrigue : Julien Sorel est fils de charpentier mais il est bien trop ambitieux pour suivre la lignée familiale dans la scierie. Il trouve un travail de précepteur dans la maison du maire, Monsieur de Rénal, et voit son épouse en secret. Il devient ensuite secrétaire du marquis de la Mole et délaisse Madame de Rénal pour la fille du marquis, Mathilde. Ses sentiments font sans cesse barrage à ses ambitions de devenir un jour un grand homme et tentent de le mener à sa perte. Comment concilier ?

Les passants de Lisbonne, Philippe Besson

Et il y a de ceux que la tristesse peut lier pour toujours, comme on dit. On ne présente plus Philippe Besson et ces innombrables romans qui font rêver. Vous avez été nombreux à me présenter Les passants de Lisbonne comme un coup de cœur !

Intrigue : Hélène a vu en direct à la télévision les images du séisme qui a décimé l’endroit où se trouvait son mari. Mathieu, quant à lui, a trouvé une lettre de rupture dans son appartement vide. Ils ne se connaissent pas, mais partagent cette même blessure profonde, la perte de l’être aimé. Le destin les fera se rencontrer au détour des rues de Lisbonne, lieu de tous les possibles.

Ca raconte Sarah, Pauline Delabroy-Allard

De l’amour fou et passionnel à l’amour destructeur, il n’y a qu’un pas. Ce roman met en valeur toute la pluralité des sentiments amoureux et vous l’avez bien remarqué ! Il a fait partie de ma pile à lire de confinement, et vous trouverez la chronique juste ici. Un classique contemporain de la littérature traitant du thème de l’homosexualité.

Intrigue : Sarah et la narratrice sont très différentes. Pourtant, leur grand point commun est de tomber pour la première fois amoureuse d’une personne de même sexe. L’ivresse des premiers émois, la douleur des premières disputes ou la découverte délicate d’un corps similaire au sien, ça raconte Sarah mais aussi l’amour.

L’amant, Marguerite Duras

Nous sommes nombreux à trouver que ce roman autobiographique procure toutes les deux pages une poussière dans l’œil n’est-ce pas ? Ainsi, il entre dans la sélection des plus beaux romans d’amour parce que nous sommes un peu masochistes avec nous-même, parfois.

Intrigue : Marguerite se confie sur les émotions procurées par sa rencontre avec un rentier chinois de Saigon. Il est d’âge mûr, elle est encore très jeune et bachelière. Leur amour s’installe doucement dans le cadre de l’Indochine coloniale de l’entre deux-guerres. L’attirance physique entre les deux êtres et l’impossibilité persistante de cette idylle subliment l’amour à l’état pur.

La Vénus à la fourrure, Léopold von Sacher-Masoch

En parlant de masochisme, justement, saviez-vous que ce mot vient du patronyme de cet auteur ? J’ai été ravie de trouver de nombreuses fois ce roman d’une grande sensualité dans vos suggestions. Quand l’attirance sexuelle et la soumission se confondent avec l’amour, cela donne La Vénus à la fourrure.

Intrigue : Séverin ressent de l’attirance pour la sulfureuse Wanda. Des Carpates à Florence, les amoureux vacillent entre soumission et domination à travers d’étranges jeux. Ils jouent des personnages maîtres ou esclaves qu’ils honorent jusqu’au bout sans regretter le rôle qui leur est destiné. Le charme en devient théâtre des plus belles tragédies.

L’île des Gauchers, Alexandre Jardin

Ce qu’il y a de beau quand je vous demande de participer à mes articles, ce sont les découvertes que je peux faire. L’île des Gauchers est revenu de façon récurrente, et je ne le connaissais absolument pas. Une merveilleuse découverte.

Intrigue : Lord Jeremy Cygogne, un aristocrate anglais, vient chercher sur l’île des Gauchers ce qu’il ne trouve pas ailleurs : la tendresse dans le couple. Le désir qu’il éprouve pour sa femme Emily l’a éloigné de l’amour véritable. Se convertissant aux rites et coutumes du peuple des Gauchers, Jeremy et Emily vont se découvrir autrement.

Dire son nom, Francisco Goldman

Une autre belle découverte dans le panel de vos lectures pour ma part. Un roman sur le deuil, l’accident, la perte de l’être aimé dans lequel Francisco Golman rend un hommage poétique à son épouse Aura.

Intrigue : De Brooklyn à Mexico, le narrateur dresse le portrait d’une femme décédée à l’aube de ses trente ans. Tout en justesse, il érige les moments de sa vie, sa personnalité, son être, tout en se remémorant les souvenirs de leur passé commun et amoureux. Une voix indéniable contre l’oubli.

Belle du Seigneur, Albert Cohen

Pour terminer en beauté, Belle du Seigneur a marqué les esprits par sa beauté, sa force, et l’impressionnante passion interdite qui se dégage des deux personnages principaux. Un chef-d’œuvre ultime.

Intrigue : Solal veut séduire Ariane d’Aulbe, une aristocrate protestante. Il s’introduit chez elle pour lui déclarer son amour alors que cette dernière est mariée. Il décide d’envoyer son mari en mission afin de séduire la jeune femme et leur amour peut enfin fleurir. Cependant, la passion s’amenuie doucement pour laisser place à l’ennui mortel.

Pour découvrir d’autres lectures, rendez-vous sur l’annuaire des auteurs

Une réflexion sur “Saint-Valentin : les plus beaux romans d’amour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s