Petits contes de printemps, Natsume Sôseki

Petits contes de printemps, Natsume Sôseki

Petits contes de printemps, Natsume Sôseki – Trouble Bibliomane

Cela faisait bien longtemps que la littérature classique japonaise ne s’était plus présentée à moi. Peut-être qu’un élan passionné et printanier m’a influencée devant cette superbe première de couverture, alors je me suis lancée dans Petits contes de printemps du célèbre Natsume Sôseki publié aux éditions Picquier (poche).

1909. Sôseki se lance dans l’écriture du feuilleton Petits contes de printemps pour un journal. De contemplations philosophiques en moments singuliers de l’existence, l’auteur japonais observe le monde avec vivacité et nostalgie tout en révélant les fragments de sa vie à travers cette panoplie de textes délicats.

« Cet instant-là est beau, me suis-je dit en les regardant s’éloigner l’un de l’autre. Alors que je me faisais cette réflexion, les choses qui jusque-là avaient une couleur ne tardèrent pas à s’évanouir dans le vide opaque. Tout disparaissait dans un univers sans couleur, illimité. Sur le pont de Westminster, deux formes blanches voltigèrent, effleurant mon regard. »

C’est en lisant ce grand auteur que nous pouvons aisément nous rappeler mille choses qui nous transcendent, le coté éphémère de la vie, la beauté d’un petit rien, l’inconnu suscité par le voyage et la simplicité absolue de toute chose en ce bas monde. Lire Sôseki, c’est prendre part l’espace d’un moment à cette douceur chère à la littérature japonaise, à cette contemplation constante et ce rythme d’écriture lancinant.

J’ai énormément aimé ce recueil de textes courts qui n’ont en vérité rien du conte si ce n’est une morale quelques fois. Nous prenons part à l’intimité de Natsume Sôseki et ses états d’âme. Sans prétention, l’auteur évoque son travail d’écrivain, ses études, Londres, mais surtout les fragments de son pays natal qu’il laisse derrière lui. Ses appréhensions sont totalement intemporelles et par cela il ne manque pas de créer un lien indéfectible avec son lecteur.

Elisabeth Suetsugu, la traductrice, nous livre une interprétation très poétisée de son écriture, ce qui donne encore plus de cachet à ce court ouvrage anthologique. Ses notes sont également très intéressantes et subliment parfaitement un pont entre les histoires narrées ici et l’aspect autobiographique de cet ouvrage. Petits contes de printemps est un moment suspendu dans la littérature étrangère classique, un instant hors du temps à apprécier entre deux récits haletants.

Pour découvrir d’autres romans classiques, cliquez ici

3 réflexions sur “Petits contes de printemps, Natsume Sôseki

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s