Migrations, Charlotte McConaghy

Migrations, Charlotte McConaghy

Migrations, Charlotte McConaghy – Trouble Bibliomane

Le début de l’année 2021 a été marqué par la sortie d’un roman coup de poing aux éditions JC Lattès. Migrations de Charlotte McConaghy sort des sentiers battus, peut-être parce qu’il se passe en mer, et dénonce avec poigne un scénario qui nous pend au nez. Retour sur ce texte qui ne laisse pas de marbre.

Franny Stone se passionne pour les oiseaux. Petite fille, elle apprivoisait déjà les corbeaux. Alors que la planète se voit perdre de nombreuses espèces à cause du réchauffement climatique et de la pêche à outrance, Franny décide de se donner un but ultime : suivre la dernière volée de sternes à travers l’océan depuis le Groenland. Elle convainc les membres de l’équipage du Saghani de sortir de leur zone de pêche pour l’aider à traverser l’océan en leur promettant de les mener vers des bancs de poissons plus denses mais leur confiance n’est pas totalement gagnée.

« Je ne connais pas vraiment les réponses à ces questions, mais je m’efforce de partager mes connaissances. Ils ne veulent pas tant des réponses qu’une chance de se souvenir ce qu’est aimer une créature non humaine. Cette tristesse sans nom qu’est la disparition des oiseaux, de tous les animaux. Cette solitude terrible qui nous guette, quand il ne restera plus que nous. »

Anticiper ce qui pourrait se passer d’ici quelques années est audacieux en littérature. On met l’accent sur le tragique, et l’inévitable aussi d’une certaine manière. Alors oui, chaque auteur(e) aussi fataliste qu’il soit est audacieux de suggérer l’angoisse du lendemain à travers ses mots et d’attirer le lecteur vers cela. Migrations, c’est un peu ça. On entre dans la vie de cette passionnée de volatiles, touchée par ce monde qui se perd et brisée par une enfance perturbante. Elle communique ses émotions à travers cet amour pour les sternes et tente de survivre moralement à cette déchéance mondiale à laquelle elle assiste, impuissante.

C’est déroutant, touchant et inquiétant car ce récit n’est qu’un miroir d’une réalité qui nous pend au nez. Pourtant, sous ce que l’écriture de Charlotte McConaghy dénonce se trouve aussi une ode incroyable à la Terre, la nature ou ce qu’il en reste et la beauté du monde aérien. Un texte bien souvent poétique se révèle au lecteur sous ses accents de fin du monde qu’Anne-Sophie Bigot à su traduire avec beaucoup de justesse et d’émotions.

Ce roman est comme une dernière épopée marine qui raconte la culpabilité des hommes à travers les yeux d’une femme et son combat. La complexité des derniers instants qu’elle garde entre ses doigts laisse le lecteur très ému. Un Ulysse des temps modernes qui cherche en son périple à se remémorer le monde d’avant.

Pour découvrir d’autres romans de littérature contemporaine, cliquez ici

Une réflexion sur “Migrations, Charlotte McConaghy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s