Ces livres à offrir à Noël…

Ces livres à offrir à Noël…

Trouble Bibliomane Marie Jouvin Noël cadeaux

Noël approche à grands pas et la question des livres à offrir se pose de plus en plus. Que ce soit un roman, une BD, de la poésie ou un Beau livre, quel livre offrir à sa/son partenaire, un(e) ami(e) ou un parent ? Comme chaque année, Trouble Bibliomane propose une sélection personnelle axée autour de 15 ouvrages lus et chroniqués sur le site.

1. Des diables et des saints, Jean-Baptiste Andrea

Des diables et des saints de Jean-Baptiste Andrea peut plaire au grand nombre par son récit captivant, ses personnages très attachants par leur audace, leur passé, leur soif de vivre (et de s’échapper…) mais sa grande particularité reste celle-ci : On se croirait dans un film tant la trame narrative tient en haleine. Rien d’étonnant finalement, puisque l’auteur est également réalisateur.

Résumé : Qui prête attention à Joe ? Ses doigts agiles courent sur le clavier des pianos publics dans les gares. Il joue divinement Beethoven. Les voyageurs passent. Lui reste. Il attend quelqu’un, qui descendra d’un train, un jour peut-être. C’est une longue histoire. Elle a commencé il y a cinquante ans dans un orphelinat lugubre. On y croise des diables et des saints. Et une rose.

Editeur : L’iconoclaste

Prix : 19 euros

Lire la chronique sur le blog

2. Radium Girls, Cy

Lip. Dip. Paint. Trois mots pour raconter l’évènement révoltant qui changera plus tard le monde du travail aux Etats-Unis. Cette bande dessinée, qui relate un fait historique souvent invisibilisé, est un cadeau parfait à offrir à quelqu’un s’intéresse aux faits réels tout en appréciant un joli coup de crayon épuré aux tons violacés.

Résumé : New Jersey, 1918. Edna Bolz entre comme ouvrière à l’United State Radium Corporation, une usine qui fournit l’armée en montres. Aux côtés de Katherine, Mollie, Albina, Quinta et les autres, elle va apprendre le métier qui consiste à peindre des cadrans à l’aide de la peinture Undark (une substance luminescente très précieuse et très chère) à un rythme constant. Elles se surnomment les « Ghost Girls » : par jeu, elles se peignent les ongles, les dents ou le visage afin d’éblouir (littéralement) les autres une fois la nuit tombée. Mais elles ignorent que, derrière ses propriétés étonnantes, le Radium, cette substance qu’elles manipulent toute la journée et avec laquelle elles jouent, est en réalité mortelle.

Editeur : Glénat

Prix : 22 euros

Lire la chronique sur le blog

3. La huitième vie, Nino Haratischwili

Incroyable chronique familiale, La huitième vie ne se lâche pas et convient très bien aux lecteurs adeptes de « gros livres » (1200 pages tout de même) qui émeuvent et retournent les tripes. Nino Haratischwili promet une immersion complète dans des destins de femmes fortes et prêtes à se battre pour leurs convictions alors que la guerre fait rage.

Résumé : Géorgie, 1917. Fille d’un chocolatier de génie, Stasia rêve de devenir danseuse étoile à Paris. Son père aurait voulu qu’elle épouse un brillant officier, Simon Iachi. Alors que Stasia est sur le point de renoncer à ses aspirations, la révolution bolchevique se propage…
Allemagne, 2006. Brilka, l’arrière-petite-fille de Stasia, a fugué. Partant à sa recherche, sa tante entreprend d’écrire l’incroyable histoire de leur famille. En révélant les destins tragiques des Iachi, elle libérera peut-être la jeune Brilka de la malédiction qui semble peser sur eux depuis plus d’un siècle…

Editeur : Folio

Prix : 12,90 euros

Lire la chronique sur le blog

4. Femmes d’art, Marie-Stéphanie Servos

Dans la section Beaux livres, difficile de passer à coté de Femmes d’art, le livre de Marie-Stéphanie Servos connue pour son podcast éponyme. Véritable mine de culture pour découvrir des historiennes, galéristes, artistes etc., ce livre est un incontournable pour comprendre la place de la femme dans l’art à travers les siècles et la façon dont elles ont été invisibilisées.

Résumé : Les femmes n’ont-elles jamais créé ? N’ont-elles jamais été suffisamment talentueuses pour être retenues par l’histoire ? Évidemment, non. Les femmes ont tout simplement longtemps été invisibilisées. Heureusement, en l’espace de dix ans, et sous l’impulsion des femmes de tous horizons – commissaires d’expositions, galeristes, critiques, collectionneuses… —, les lignes bougent, permettant aux femmes de prendre enfin toute la place qu’elles méritent. Ce livre a vocation à mettre en lumière le travail de femmes artistes d’hier et d’aujourd’hui. Des portraits de celles qui ont ouvert la voie (Berthe Morisot, Louise Bourgeois, Georgia O’Keffe , Niki de Saint Phalle…), des conversations avec celles qui créent (Agnès Thurnauer, Prune Nourry, Inès Longevial, Joanna Vasconcelos…) et celles — actrices du monde de l’art — qui les soutiennent.

Editeur : Leduc

Prix : 24,90 euros

Lire la chronique sur le blog

5. La grande aventure, Victor Pouchet

Le cadeau audacieux, c’est celui d’offrir de la poésie. Mais pas n’importe laquelle, de la poésie contemporaine. Un genre qui n’est malheureusement pas beaucoup mis en avant et à tort, elle regorge de recueils magnifiques, La grande aventure en fait partie. Contemplatif et romancé, il explore plusieurs genres pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.

Résumé : Dans ce roman-poème, Victor Pouchet déroule en vers une histoire d’amour et d’amitié à la fois bouleversante et légère. Celle d’un homme et d’une femme qui se rencontrent, se quittent et se retrouvent. Et des  petites et grandes aventures  que la vie leur offre – réservoir de joies et batailles inédites.  Avec humour, grâce et musique, Victor Pouchet nous emporte dans un livre plein de trésors et de simplicité.  Une grande aventure.

Editeur : Grasset

Prix : 14,50 euros

Lire la chronique sur le blog

6. Escales en Polynésie, Titouan et Zoé Lamazou

Rêver d’un ailleurs dans les tropiques au coin du sapin, ça vous tente ? Dans la sélection Beaux livres, Escales en Polynésie est un incontournable des sorties de la rentrée littéraire. Cet ouvrage est une association entre le peintre et navigateur Titouan Lamazou et sa fille Zoé, documentariste et journaliste. Cet agrégat de superbes aquarelles polynésiennes s’accompagne de portraits passionnants donnant la parole aux natifs des îles.

Résumé : D’île en île, Titouan Lamazou dessine une fresque vibrante, à la fois réaliste et onirique, du pays où il a choisi de poser son sac après quarante ans d’errance : la Polynésie. Dans ce coin du monde qui ressemble au paradis, il cherche un havre impossible où les êtres humains se souviendraient de leur lien essentiel au Vivant. Son trait précis, à même de capturer une âme, et sa quête de diversité révèlent toute la complexité de l’océan où il s’attarde aujourd’hui. Sa fille, Zoé, le suit dans ce voyage. Elle fait émerger la parole de ceux et celles dont Titouan fait le portrait. Ces voix des archipels témoignent d’une très ancienne relation à la terre, à la mer et au ciel, réinventée face à une colonisation aux multiples visages.

Editeur : Au vent des îles

Prix : 35 euros

Lire la chronique sur le blog

7. Over the Rainbow, Constance Joly

Pour de grandes émotions, de grands livres. Over the Rainbow est un roman percutant qui laisse rarement de marbre tant l’histoire est tragique et sincère. L’auteure touche par la beauté de son écriture et les sujets qu’elle traite : l’homosexualité et le SIDA. C’est un cadeau idéal pour celui ou celle qui aime ressentir des émotions avec un grand « A » (je vous laisse réfléchir là-dessus).

Résumé : Celle qui raconte cette histoire, c’est sa fille, Constance. Le père, c’est Jacques, jeune professeur d’italien passionné, qui aime l’opéra, la littérature et les antiquaires. Ce qu’il trouve en fuyant Nice en 1968 pour se mêler à l’effervescence parisienne, c’est la force d’être enfin lui-même, de se laisser aller à son désir pour les hommes. Il est parmi les premiers à mourir du sida au début des années 1990, elle est l’une des premières enfants à vivre en partie avec un couple d’hommes. Over the Rainbow est le roman d’un amour lointain mais toujours fiévreux, l’amour d’une fille grandie qui saisit de quel bois elle est faite : du bois de la liberté, celui d’être soi contre vents et marées.

Editeur : Flammarion

Prix : 17 euros

Lire la chronique sur le blog

8. Lettres du père Noël, J.R.R Tolkien

Peut-on proposer une liste de livres à offrir sans mentionner Lettres du Père Noël du célèbre J.R.R Tolkien ? Bien sûr que non. Cet incontournable de l’hiver est un ouvrage très attendrissant qui fera retomber en enfance celui ou celle qui le lira et s’émerveillera à coup sûr devant les superbes illustrations faites par l’auteur lui-même.

Résumé : Plus connu pour ses travaux universitaires et pour l’invention de la Terre du Milieu, J.R.R. Tolkien est aussi un formidable auteur de contes pour enfants. Comme Bilbo le Hobbit et Roverandom, les Lettres du Père Noël ont d’abord été destinées à ses trois fils et à sa fille, auxquels, chaque année entre 1920 et 1943, Tolkien a écrit une lettre – parfois deux – prétendument envoyée du pôle Nord par le Père Noël ou l’Ours Polaire. Ces trente lettres et les dessins qui les accompagnent forment un récit très prenant des aventures de l’homme en rouge et à la barbe blanche, de son ours assistant, et de leurs démêlés avec les gobelins. Un ouvrage qui plaira aux enfants, à leurs parents, et surprendra plus d’un amoureux de Tolkien.

Editeur : Pocket

Prix : 8,40 euros

Lire la chronique sur le blog

9. Honjok, Francie Healey et Crystal Tai

N’oublions pas les férus de développement personnel qui seront ravis de découvrir sous le sapin un livre broché qui sort (vraiment) du lot. Honjok regorge de nombreux conseils à appliquer au quotidien pour apprécier la solitude comme il se doit, ce qui n’est pas toujours évident. Et pourtant !

Résumé : Le terme « Honjok » désigne les personnes qui ont choisi de pratiquer des loisirs solitaires, de profiter de leur indépendance et d’embrasser la solitude. Les Honjok rejettent les valeurs sociales collectives, préférant célébrer l’individu avant la communauté. Ce livre nous fait découvrir ce mode de vie et nous invite à une réflexion sur la beauté de la solitude. Crystal Tai est journaliste spécialiste des mouvements et tendances mondiaux. Elle a travaillé avec le South China Morning Post, et a couvert la Corée du Sud pour Monocle, Wallpaper et Lonely Planet. Francie Healey est thérapeute spécialisée dans l’estime de soi.

Editeur : Leduc

Prix : 19,90 euros

Lire la chronique sur le blog

10. La légende des filles rouges, Kazuki Sakuraba

Roman à la fois réaliste et fantastique, La légende des filles rouges est hybride, curieux et totalement envoutant par cette histoire qui nous vient d’un autre temps. Ce roman sera le cadeau parfait des amateurs de littérature nippone en recherche d’originalité.

Résumé : A l’été 1953, la petite Man’yô est recueillie par un couple d’ouvriers du village de Benimidori. Rien ne la prédestine à intégrer, quelques années plus tard, l’illustre clan Akakuchiba qui a fait fortune dans la sidérurgie. Lorsque la crise industrielle frappe le Japon, la famille est menacée. Sa survie dépend désormais de la fille rebelle de Man’yô. Mais celle-ci, à la tête d’un gang de motardes, a d’autres soucis que de perpétuer l’héritage familial… A travers le destin de trois femmes, La légende des filles rouges dresse un portrait captivant des évolutions de la société japonaise jusqu’à nos jours.

Editeur : Folio

Prix : 9,20 euros

Lire la chronique sur le blog

11. N’oublie pas les fleurs, Genki Kawamura

Changeons de style tout en restant dans la littérature japonaise. N’oublie pas les fleurs est un très beau roman traitant de la maladie d’Alzheimer. Sans être larmoyant, il dépeint les problématiques liées à la maladie tout en mettant en avant un très beau duo de personnages. Contemplatif à souhait, on y retrouve profondément l’empreinte des codes littéraires japonais.

Résumé : Le soir du 31 décembre, Izumi rend visite à sa mère Yuriko pour les fêtes de fin d’année, mais cette dernière est absente. Il la retrouve finalement perchée sur la balançoire d’un parc voisin, où elle semble perdue. Cet événement n’est que le premier signe de la maladie qui la ronge : quelques mois plus tard, il apprend qu’elle est atteinte d’Alzheimer. À mesure que les souvenirs de Yuriko s’estompent, ceux de l’enfance d’Izumi ressurgissent. En prenant soin de sa mère – au moment où lui-même s’apprête à devenir père – Izumi tente de comprendre ce qui l’a éloigné d’elle au fil du temps, s’interroge sur le sens de leur relation. Pour retrouver l’essentiel de ce qui leur reste à présent.

Editeur : Fleuve

Prix : 18,90 euros

Lire la chronique sur le blog

12. On en a gros, Gomargu

Pour les plus féministes d’entre nous (et les autres aussi, ça ne fait pas de mal), la bande dessinée de Gomargu illustre les scènes sexistes de la vie de tous les jours, qu’elles soient au travail, en couple ou entre amis. Le but ? Prendre conscience du problème. C’est le moment de l’offrir à votre oncle raciste et homophobe lors du repas de Noël !

Résumé : À l’heure de la libération de la parole, Gomargu use de son crayon pour dépeindre une radiographie de notre société actuelle, invite au débat et à briser les injonctions. À travers de courtes saynètes, Gomargu traite de grands sujets qui animent encore le débat aujourd’hui : invisibilisation des femmes dans l’espace public, harcèlement de rue, injonctions à la féminité et à la maternité, imposition d’un code de conduite ; ou encore, le racisme, la grossophobie, conformité sociale, virilité toxique… De véritables arrêts sur image qui invitent à la déconstruction des codes sociétaux actuels.

Editeur : Leduc

Prix : 20 euros

Lire la chronique sur le blog

13. True Story, Kate Reed Petty

Qui n’a jamais été victime d’une rumeur ? Ce thriller haletant vous rappellera peut-être les heures sombres du collège ou du lycée tout en ayant les qualités d’un vrai page turner. Qu’on se le dise, c’est le cadeau du lecteur un peu « dark » qui ne veut pas d’un Noël conventionnel avec un Tolkien au coin du feu !

Résumé : Talentueuse mais solitaire, Alice Lovett prête sa plume pour écrire les histoires des autres. Pourtant elle reste hantée par la seule histoire qui lui échappe : sa propre vie. Une simple rumeur, lancée en ce lointain été 1999 par deux ados éméchés, a embrasé en un rien de temps toute la communauté. Que s’est-il réellement passé sur la banquette arrière de cette voiture alors qu’ils ramenaient Alice, endormie, chez elle ? Accusations, rejets, déni, faux-semblants… la réalité de chaque protagoniste vacille et reste marquée à tout jamais. Et quand le présent offre une chance de réparer le passé, comment la saisir ?

Editeur : Gallmeister

Prix : 24,60 euros

Lire la chronique sur le blog

14. Mise à feu, Clara Ysé

S’il y a bien un roman qui n’entre dans aucune catégorie, c’est bien celui-ci. Totalement onirique, Mise à feu mélange les codes, les genres et les émotions pour donner au lecteur une expérience de lecture assez improbable qui ne s’oublie guère. A offrir à un lecteur qui aime les histoires peu conventionnelles.

Résumé : Nine et Gaspard vivent dans la maison de leur mère, l’Amazone. Nouchka, leur pie, veille sur le trio. La nuit du réveillon, un incendie ravage le paradis de l’enfance. Le lendemain, le frère et la sœur se réveillent seuls chez leur oncle, l’inquiétant Lord. Ils reçoivent tous les mois une lettre de l’Amazone qui leur dit préparer dans le Sud la nouvelle demeure qui les réunira bientôt. Quel pacte d’amour et de rêve vont-ils nouer pour conjurer l’absence ? Récit magique et cruel, féérie moderne, roman d’initiation et d’aventure, ode à la liberté, à l’adolescence, à la tendresse, aux amitiés qui sauvent, Mise à feu envoûte par son émotion, sa puissance d’évocation poétique et musicale.

Editeur : Grasset

Prix : 18 euros

Lire la chronique sur le blog

15. Kukum, Michel Jean

Kukum fait partie de ces romans qui marquent nos vies littéraires par les vérités qu’ils souhaitent transmettre et leur contexte historique déchirant. Prix France-Québec 2020, le livre de Michel Jean retrace la grande histoire de sa famille avec beaucoup de pudeur. Un roman rare sur l’amour et les heures sombres du Canada.

Résumé : Au soir de sa vie, grand-mère (kukum, en langue innue) depuis longtemps déjà, Almanda Siméon se retourne sur son passé et nous livre son histoire, celle d’une orpheline québécoise qui tombe amoureuse d’un jeune Amérindien puis partage la vie des Innus de Pekuakami (l’immense lac Saint-Jean), apprenant l’existence nomade et brisant les barrières imposées aux femmes autochtones. Centré sur le destin singulier d’une femme éprise de liberté, ce roman relate, sur un ton intimiste, la fin du mode de vie traditionnel des peuples nomades du nord-est de l’Amérique et les conséquences, encore actuelles, de la sédentarisation forcée.

Editeur : Dépaysage

Prix : 18 euros

Lire la chronique sur le blog

Se rendre à la rubrique Que lire ?

2 réflexions sur “Ces livres à offrir à Noël…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s